Violence éducative: agir avant d’en arriver là!

Lorsque l’on parle de « violence éducative« , on s’imagine tout de suite les paires de claques, les fessées, les humiliations ou bien, les mots qui rabaissent et qui blessent l’enfant! La violence éducative peut être beaucoup moins franche que ça mais, surtout, elle a souvent lieu à l’insu du parent! La maman ou la papa n’agit pas dans le but de faire du mal à son enfant ou de le contrôler, la maman ou le papa pense sincèrement utiliser les bonnes méthodes.. mais un jour, il réalise qu’il y avait des moyens beaucoup plus doux et tout aussi efficaces.

C’est pour cela qu’à l’occasion de la journée de la non violence éducative, j’ai eu envie de vous donner des pistes de réflexion sur la manière de ne pas tomber dans cette « violence éducative ». Cette journée a pour but d’éveiller les consciences, d’informer, et non de juger ou de faire culpabiliser les parents!

Pour penser à mon enfant, je pense d’abord à moi!

Cela semble être un conseil égoïste et pourtant… J’en parle souvent et j’ai d’ailleurs écris un article complet à ce sujet: je suis ma priorité!

Dans la société actuelle, nous avons souvent une vie à 100 à l’heure. On jongle entre le boulot, le ménage, les courses… notre famille et si il reste un peu de temps, nous-même! Mais si on craque, si le burn out s’approche, si on est au bout du rouleau, que va-t-il se passer? Et bien c’est simple et c’est pareil pour quasiment tout le monde: on s’écroule, on devient incapable de gérer le quotidien et les premiers à en pâtir, ce sont nos enfants.

Si par contre on arrive à s’accorder un peu de temps, à chouchouter notre moral, à booster notre motivation, alors là, nos enfants en profiterons vraiment. Parfois, il est INDISPENSABLE de penser à soi pour mieux tenir sur la durée et mieux accompagner nos enfants.

Je fais abstraction des commentaires

Est-ce que vous avez remarqué qu’il y a toujours quelqu’un pour donner son avis, pour critiquer notre éducation, pour faire la petite remarque qui nous contrarie? Mais si on prend le temps d’analyser un peu tout cela, on se rend vite compte que, quel que soit notre choix éducatif, il y en aura toujours!

Par exemple, lorsque mes jumeaux étaient de tous jeunes enfants, j’avais l’impression d’être trop sur leur dos, de trop les protéger. Et, autour de moi, les gens commentaient. Dans la même journée, j’avais droit à: « oui mes toi, ce sont des enfants-rois » mais aussi « comment veux-tu qu’ils apprennent l’autonomie si tu ne les laisses rien faire » ou encore « tu ne devrais pas les laisser faire ça tout seuls »…

Laissez donc les gens parler! Bien sûr, il est toujours bon de garder une certaine ouverture d’esprit mais sélectionnez les personnes qui sont de bon conseil et qui parlent pour donner des informations et non simplement pour juger.

Cela vous permettra d’éviter la frustration, la gêne et la colère qui nous amène parfois à durcir notre éducation ou, au contraire à trop lâcher et à nous oublier en route.

J’écoute mon cœur et mon enfant

violences éducatives L’écoute est la chose la plus importante quand on parle d’éducation.

Ecoutez votre cœur; cela vous permettra de faire des choix adaptés à la situation mais surtout, des choix qui vous semblent justes.

Parfois, notre décision ou notre manière d’agir trouve sa source dans notre propre enfance ou nos propres peurs. Ecouter votre cœur va vous aider à comprendre cela et à rectifier le tir si nécessaire.

Ecoutez aussi votre enfant. Ses réactions, sa motivation ou son incompréhension vont vous guider pour mieux le comprendre et lui proposer une éducation dans laquelle il pourra s’épanouir. Deux enfants d’une même famille n’ont pas forcément les mêmes besoins ou envies.

J’accepte de demander de l’aide avant d’en arriver à la violence éducative

Si vous sentez que vous êtes en train de perdre pied, que vous vous énervez, que vous éprouvez de la colère, que vous n’arrivez plus à gérer les conflits calmement, c’est le moment de demander de l’aide. Ne laissez pas la situation s’envenimer. J’accompagne des parents qui ont envie de tester de nouvelles choses, qui n’arrivent plus à trouver de solutions, ou qui culpabilisent de ne pas réussir à être aussi parfaits que ce qu’ils auraient souhaité.

Rechercher de l’aide n’est pas un signe de faiblesse ou d’échec, bien au contraire, c’est remettre le pied à l’étrier, repartir sur de nouvelles bases, se donner une nouvelle chance de s’épanouir. Par contre, si on ne fait rien, on glisse petit à petit, sans s’en rendre compte, vers la violence éducative que l’on redoute.

 

Pour moi, la violence éducative existe envers l’enfant mais aussi envers le parent qui ne se respecte pas et n’arrive pas à trouver l’équilibre dans son quotidien. Les deux types de violence éducative sont importants à prendre en compte car le bonheur du parent et de son enfant en sont dépendants.

Violence éducative: agir avant d’en arriver là!
Publié le : 29 avril 2016

Auteure

Laurence RUAS, sophrologie, hypnose et coaching à Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Drôme, région de montélimar

Laurence RUAS

Sophrologue, Hypno-praticienne et coach

A découvrir aussi

Guillaume RUAS, hypnose et coaching à Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Drôme, région de montélimar

Guillaume RUAS

Hypno-praticien & Coach
A Saint-Paul-Trois-Châteaux & à distance
En savoir plus

Vous souhaitez démarrer ? Prenez rendez-vous !

Ne remettez pas votre mieux-être à plus tard !

 

Hypnose, sophrologie & coaching région Montélimar, à Saint-Paul-Trois-Châteaux en Drôme et à distance.

Proche de Pierrelatte (26 Drôme), Bollène et Orange (84 Vaucluse), Pont-St-Esprit (30 Gard), Bourg Saint-Andéol (07 Ardèche)

 

Tarif : 60€ / séance

Cet accompagnement ne se substitue pas à un traitement médical!

Les accompagnements que je propose s'intègrent dans une démarche de relation d'aide pour vous permettre de retrouver votre bien-être dans différents domaines ou optimiser vos performances personelles. Toutes les approches que je  propose s'inscrivent dans un cadre hors thérapeutique ou médical et ne remplacent pas votre traitement médical ni votre suivi médical. Ce que je ne suis pas: médecin, psychitare, psychologue, psychothérapeute. Je ne réalise pas de diagnostic médical ni de prescription et je ne vous inviterai jamais à arrêter votre traitement médical sans l’avis de votre médecin ou psychiatre. 

J’ai longtemps hésité à prendre mon téléphone pour contacter Laurence, j’ai suivi sa page Facebook et puis un jour j’ai franchi le cap. Une rencontre forte en émotion, elle fait preuve d’une très grande capacité d’écoute et sait apporter tout en douceur des solutions et donne les clés pour faire face, mieux se connaître et se sentir mieux jour après jour. Une expérience exceptionnelle que je vous encourage à tenter.
Cathie

Grâce à son écoute patiente et ses conseils toujours éclairés, Laurence a su me faire trouver en moi les ressources dont j’avais besoin pour me libérer de mes incertitudes et de mes conflits intérieurs. Elle m’a permis de sortir du cercle infernal de difficultés dont je ne pouvais me satisfaire. Elle m’a apporté une meilleure connaissance de moi, surtout d’un point de vue émotionnel, et a été d’une aide inestimable à la recherche de mon propre épanouissement. Son accompagnement est vraiment précieux. Merci beaucoup Laurence.
Audrey

Dans un moment très difficile de ma vie professionnelle, Laurence m’a apportée un réel soutien et m’a proposé des outils adaptés à ma situation et son évolution.
Elle m’a en particulier aidée à prendre du recul et à réfléchir à ce qui est réellement important pour moi, non seulement dans ma vie professionnelle mais également dans ma vie familiale.
Son écoute sensible, son tact, sa bienveillance, ont été précieux dans ces moments difficiles et m’ont aidé à les traverser.
Au fil de nos quelques rencontres, Laurence à su détecter d’autres difficultés que je n’avais pas mentionnées et à fait evoluer les outils mis à ma disposition et son approche, afin de m’aider au mieux.
Christel

Accidentellement veuve à 48 ans, une fille mineure, un travail dépendant de mon mari, une maison atypique invendable… quand j’ai rencontré Laurence j’étais : – une veuve joyeuse, super actrice ! – ET une dépressive nocive (alcool) pour moi-même et pour les autres…

La première chose que j’ai appris avec Laurence, lors des séances de sophrologie, c’est à respirer… Pour vivre ! Puis, à écouter mon corps et mon esprit. Accepter d’être une personne, avoir une place ici.

Laurence m’a guidé afin d’être capable de me mettre dans mon univers, ma bulle, quand ça ne va pas : un sms qui dérange, un appel sans réponse, une angoisse, envie de boire, pas envie de dormir… En quelques séances avec Laurence, j’ai créé mon aire de bien être… mon refuge…. Je m’y ressource pour mieux rebondir ! Aujourd’hui, j’arrive à avancer et me fixer des objectifs concrets ! Je m’impressionne !

Vous lirez des témoignages sur Laurence disant qu’elle est un rayon de soleil, bienveillante, douce, apaisante… je les partage mais, pour moi, ses qualités principales sont qu’elle est professionnelle et qu’elle ne juge pas.

Et pour finir, je rêve d’un nouveau stage « Eclore à soi et au monde »… week-end en groupe : partage des vécus, des émotions, des dialogues et…. Que du bien être !

Sandrine

Une expérience avec Laurence à ne pas rater C’est une personne merveilleuse, douce, à l’écoute, « envoûtante » dans son accompagnement en sophro. Je suis très heureuse d’avoir fait cette belle rencontre
UN GRAND MERCI LAURENCE

Bénédicte

eget elementum suscipit risus eleifend ante. libero