La politesse: un masque ou un élan du cœur ?

On entend souvent que la politesse est une valeur qui se perd, que les gens ne disent plus bonjour et que les parents n’apprennent plus à leurs enfants à dire merci, bonjour, au revoir, …

Qu’est-ce qui se joue dans ces petits mots qui semblent si importants à certains? Pourquoi, le fait de ne pas prononcer ces mots est un grave délit?

Si on repartait du début?

Selon la définition du Larousse, “la politesse est l’ensemble des usages sociaux régissant les comportements des gens les uns envers les autres.

Ok, donc, il est d’usage, pour être intégré dans la société, de bien dire bonjour et merci. Dans une société qui va aussi mal que la nôtre, cela me semble bien peu convaincant. Est-ce que, lorsque je dis bonjour, je respecte l’autre pour autant? Est-ce que lorsque je ne dis pas bonjour, je lui veut du mal pour autant?

Notre choix de parents a été de ne pas obliger nos enfants à dire tous ces mots. Pourtant, nos deux dernières filles nous disent merci quand on change leur couche. Nous serait-il venu à l’idée de leur demander cela? Non, bien évidemment ! Elles ont cette spontanéité qui vient de quelque chose bien au-delà de l’éducation de la politesse.

L’une d’elle ne dit pas beaucoup bonjour. Mais elle a cette façon de plonger ses yeux dans les vôtres avec une sourire jusqu’aux oreilles qui vaut beaucoup plus qu’un simple “bonjour” !

Au-delà des mots

Au-delà des mots, ce qui me semble important, c’est ce que ressent la personne au fond d’elle.

Personnellement, je préfère mille fois un sourire muet qu’un “bonjour” hautain accompagné d’un air dédaigneux ou qu’un “merci” hypocrite d’une personne qui n’ose pas me dire que ce que j’ai fait l’a blessée.

Alors, on peut débattre des valeurs qui se perdent et de la politesse qui n’est plus transmise par les parents. Mais le fond du problème, c’est la conscience ou non de la gratitude que nous pouvons avoir pour chaque être vivant et chaque chose. Nous sommes dans une société tellement malade qu’il faut établir des règles de politesse pour “obliger” les gens à faire semblant de se respecter. Si on montrait plutôt l’exemple de ce qu’il se passe quand on s’ouvre à l’amour de l’autre, quand on accepte d’aller à la rencontre de la différence, que se passerait-il?

 

Le masque de la politesse

Quels points de vue nourissons-nous depuis si longtemps que nous sommes bloqués dans l’importance de la politesse?

Nous demandons à l’autre, et notamment aux enfants, d’être polis quand nous nous battons entre nations, nous rejetons la différence, nous oublions la chance que nous avons d’être en vie.

La politesse est un masque que nous enfilons pour fuir l’honnêteté, la responsabilité et masquer nos émotions.

Quand nous croisons une personne que nous n’aimons pas, nous lui disons bonjour avec la parole mais dans notre coeur, nous ressentons de la colère, de la tristessse, …
Si nous regardons au niveau énergétique, que ce passe-t-il dans ce cas? Est-ce que le “bonjour” a une vibration plus haute que la colère que je ressens? Sûrement pas! Je peux avoir l’impression que ce genre de manière de faire est positif mais cela nous ronge de l’intérieur. Ce n’est pas non plus positif pour la personne à laquelle nous nous adressons qui gagnerait bien plus à connaitre le fond de notre pensée qu’à profiter de notre mensonge.

La politesse est fondée sur des mots et des règles. Les humains sont des êtres énergétiques, pourvus de sentiments. Utilisons notre sensibilité et notre énergie à diffuser l’amour, quelle que soit la manière. Les mots ont un pouvoir énorme s’ils sont accompagnés d’un élan du coeur. La politesse ne tient pas compte de cet élan qui est d’ailleurs bien souvent absent.

Si un jour vous me croisez ou croisez mes enfants, ne vous étonnez donc pas qu’on ne vous dise pas bonjour mais qu’on vous regarde dans les yeux ou vous fasse un câlin. Cela est bien plus important à nos yeux !

La politesse: un masque ou un élan du cœur ?
Publié le : 10 avril 2019

Auteure

Laurence RUAS, sophrologie, hypnose et coaching à Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Drôme, région de montélimar

Laurence RUAS

Sophrologue, Hypno-praticienne et coach

A découvrir aussi

Guillaume RUAS, hypnose et coaching à Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Drôme, région de montélimar

Guillaume RUAS

Hypno-praticien & Coach
A Saint-Paul-Trois-Châteaux & à distance
En savoir plus

Vous souhaitez démarrer ? Prenez rendez-vous !

Ne remettez pas votre mieux-être à plus tard !

 

Hypnose, sophrologie & coaching région Montélimar, à Saint-Paul-Trois-Châteaux en Drôme et à distance.

Proche de Pierrelatte (26 Drôme), Bollène et Orange (84 Vaucluse), Pont-St-Esprit (30 Gard), Bourg Saint-Andéol (07 Ardèche)

 

Tarif : 60€ / séance

Cet accompagnement ne se substitue pas à un traitement médical!

Les accompagnements que je propose s'intègrent dans une démarche de relation d'aide pour vous permettre de retrouver votre bien-être dans différents domaines ou optimiser vos performances personelles. Toutes les approches que je  propose s'inscrivent dans un cadre hors thérapeutique ou médical et ne remplacent pas votre traitement médical ni votre suivi médical. Ce que je ne suis pas: médecin, psychitare, psychologue, psychothérapeute. Je ne réalise pas de diagnostic médical ni de prescription et je ne vous inviterai jamais à arrêter votre traitement médical sans l’avis de votre médecin ou psychiatre. 

adipiscing commodo vel, risus libero felis massa commodo felis libero mattis mi,