Gérer la douleur grâce à la sophrologie

Lorsque l’on souffre, on a l’impression que c’est une fatalité et que rien ne peut changer ça. Pourtant, il existe des solutions pour diminuer l’intensité de la douleur, mieux la supporter, la ressentir différemment. C’est là que la sophrologie intervient. Elle vous permet de gérer la douleur d’une manière différente.

Ma douleur

La douleur est une sensation franchement désagréable. Pourtant, c’est notre corps qui nous parle pour nous signaler un danger imminent ou un dysfonctionnement. C’est un signal d’alarme qu’il ne faut pas négliger. Il faut avouer que ce signal est efficace, on est forcé de l’entendre! C’est parce que la brûlure fait mal que l’on retire la main de l’objet brûlant!

Le problème, c’est que parfois, on a tellement de mal à l’accepter, à le supporter, on est épuisé par cette douleur, et on focalise dessus. On devient incapable de la sortir de notre esprit. Si on prend en charge la douleur dès son départ, lorsque son intensité est minimale, on arrive assez facilement à l’apaiser. Mais, quand on attend et que la douleur s’installe, ça devient nettement plus difficile.

Selon où la douleur est située, on la supporte aussi plus ou moins bien. Notre visage est plus sensible que notre jambe, par exemple.

Enfin, selon la personne, les symptômes sont variés, la douleur s’exprime d’une manière différente: sensation de brûlure interne, torsion, pression, …

La sophrologie va pouvoir intervenir sur ces différents aspects.

Comment fonctionne la sophrologie?

Dans une séance de sophrologie, le thérapeute utilise la voix, la respiration, la détente physique et psychique, pour amener la personne dans un état de conscience modifié. Cet état correspond à celui dans lequel nous sommes quand nous sommes “dans la lune”. On l’appelle l‘état sophroliminal.

Dans cet état sophroliminal, nous pouvons reprogrammer notre cerveau. Pas d’inquiétude, nous gardons notre libre arbitre du début à la fin. Le sophrologue ne pourra pas vous faire faire ou penser quelque chose qui va contre vos valeurs. Il vous guide mais c’est vous qui faites le travail et qui reprogrammez votre cerveau.

Comment la sophrologie peut m’aider à gérer la douleur?

Lorsque vous êtes dans un état sophroliminal, on peut modifier la façon dont le cerveau va percevoir la douleur.

Tout d’abord, grâce à la sophrologie, on va apprendre le lâcher prise. De cette manière, on va pouvoir prendre du recul pour enlever le focus sur la douleur. On aura une vision plus globale de la situation. Il deviendra alors possible de travailler sur des déclencheurs de la douleur, qu’ils soient émotionnels ou comportementaux. Par exemple, on va se rendre compte que certaines douleurs sont déclenchées par un stress intense ou par une posture inadaptée. Lorsqu’on est enfermé dans notre douleur, que la souffrance est trop grande et qu’on est découragé, on n’a pas la capacité de prendre ce recul. Par contre, dans un état sophroliminal, on a cette possibilité.

On peut jouer également, sur le siège de la douleur; c’est à dire, déplacer la sensation vers une zone moins sensible ou qui nous fait moins peur. Souvent, les douleurs qui touchent le visage (dans le cas de zona, par exemple) sont difficiles à tolérer. On peut alors faire un déplacement vers une zone qui va différer d’une personne à une autre.

On peut aussi travailler sur la sensation déclenchée: plutôt que de la douleur, on amène notre esprit à ressentir de la chaleur, de la fraîcheur, … Par exemple, dans le cas de l’endométriose qui est souvent soulagée par l’utilisation d’une bouillotte, la sensation de chaleur sur l’abdomen est vraiment apaisante.

 

La sophrologie offre une prise en charge globale et individualisée de la personne. Cela signifie qu’on s’adapte complètement à chaque individu, à sa manière de ressentir les choses, à sa manière de penser, à sa situation, … C’est pour cela que cette méthode est efficace.

Pour renforcer les résultats, j’associe la sophrologie au coaching (sophro coaching). Ainsi, le travail est complet et en profondeur et le but voulu est atteint plus rapidement et durablement. Gérer la douleur est fait intuitivement par chacun mais ça s’apprend aussi et ça se travaille.

 

Share This